Le meilleur des cordes

© Escalade Alsace
Yann Corby
Escalade en Slovénie et Croatie
Texte et photos : Sarah & Jeff


Loupé de justesse l'année dernière, notre périple s'est enfin concrétisé cet automne. Plus qu'à charger la voiture et c'est parti pour 3 semaines de découvertes à travers la Slovénie et la Croatie avec un petit crochet par Finale Ligure et une courte halte dans le Tessin.
Pour ne pas tout mélanger, je ne parlerai que de la Slovénie/Croatie, Finale et le Tessin seront peut-être pour une autre fois ! Pardonnez moi pour la qualité très moyenne des photos mais vu que nous étions qu'à deux c'était un peu compliqué…
Nous sommes allés d'abord vers Bled, ensuite à Paklenica, suivi de l île de Brac. En remontant, nous avons fait Vela Draga et Osp. Le reste du séjour s'est passé à Finale Ligure.


Vue sur Misja Pec (Osp)

Grimper en Slovénie

Commençons par une courte description de la Slovénie… petit pays pas très peuplé avec beaucoup de forêts et montagnes pour le plus grand plaisir des amoureux de la nature. Les gens sont vraiment sympathiques et parlent très bien l'anglais. L'allemand passe aussi, mais quand même un peu moins.
Les prix sont à peine moins chers qu'en France et il faut compter environ 7 heures de voiture depuis Bâle pour s'y rendre, que ce soit Bled ou Osp. Par contre la vignette autoroute est chère et le prix des campings est parfois excessif, 15€ la vignette autoroute de 7 jours et pour planter la tente une nuit à 2 personnes c'est vite 20 ou 25€.
Concernant la météo, nous avons eu bien froid mi-septembre à Bled et il faisait encore bien chaud dans le coin d'Osp début octobre.
Pour l'escalade en Slovénie, il y a deux adresses principales, Bled et Osp. Le topo se trouve facilement sur place ou par internet et décrit toutes les falaises du pays. Je précise aussi que les cotations en Slovénie sont sévères et particulièrement dans le coin de Bled. Toutes les falaises sont calcaires.
Pour le matériel, il faut une corde de 70 ou 80 mètres pour être tranquille ainsi qu'une quinzaine de dégaines.

Bled est une petite ville sympa et très touristique au bord d'un petit lac. Les paysages là-bas valent vraiment le coup! Pour dormir, il y a un camping à Bled et à Bohinj ce dernier est réputé comme étant le plus froid de Slovénie. Egalement beaucoup de chambres ("Sobe " en slovène ou croate) chez l'habitant sont disponibles à des prix très abordables.
De Bled il y a une quinzaine de falaises dans un rayon de 20-25 minutes et les plus belles seraient d'après ce que j'ai pu entendre et constater Bohinj, Bohinjska Bela, Bitnje, Pec, Bodesce…et il doit en avoir encore d'autres. Le calcaire est dans ce coin assez ressemblant à celui du Jura. Nous avons grimpé à Bohinj et Pec.
Bohinjska Bela est apparemment "le spot" des grimpeurs de haut niveau, environ 80 voies dont une bonne soixantaine entre 7a et le 8c+.

• Pec :

Pec était très sympa, c'est une quarantaine de voies réparties sur 2 secteurs (un grand et un petit) entre le 4 et le 7c de 25 à 30 mètres. C'est pas mal ombragé et le pied de la falaise peut rester mouillé juste après une perturbation.
Par contre, trouver un parking gratuit est assez galère, il y a 3 places vers l'église et le reste est payant. De l'église de Bohinj, il faut compter une quinzaine de minutes de marche. Sinon on peut aussi se garer sur le parking de la première falaise de Bohinj ce qui rajoutera alors 10 petites minutes de marche.
Nous avons trouvé le petit secteur bien équipé avec quelques belles voies, assez courtes mais sympa. Parfait pour l'échauffement, mais sur ce petit secteur les cotations sont cool, rien à voir avec le secteur principal (et d ailleurs tous ce qu'ont a pu voir en Slovénie) la qualité du rocher y est assez moyenne.
Trois minutes plus loin on arrive sur le secteur principal, équipement bon, bien que parfois un peu espacé (à mon goût), du beau rocher et des voies sympas.


Le secteur des dalles de Bohinj


• Bohinj :

Le jour suivant nous avons rapidement visité la première falaise de Bohinj. Elle se trouve un peu avant l'hôtel Bellevue, le parking est directement devant le rocher.
Il y a 42 voies qui sont plutôt pour débutants et intermédiaires, mais il y a aussi quelques voies pour les grimpeurs expérimentés avec 4 ou 5 lignes entre 7a et 7b+.
Le site est très dégagé, rapidement sec et surtout au soleil le matin, l'équipement est bon dans du beau calcaire bien compact. Les voies faciles se déroulent en dalle et cette falaise est très fréquentée.
La deuxième falaise de Bohinj n'est pas très loin de la première en direction du lac. Le mieux est de parquer la voiture à la première falaise et d y aller à pied, je pense qu'il doit y avoir une dizaine de minute de marche. Nous n'y avons pas grimpé mais ça a l'air sympa aussi, il y a une cinquantaine de voies entre le 4 et le 7c, certaines font 40 mètres. Par contre, ce n'est pas très ensoleillé.

• Osp et environs :

Cette fois ci nous sommes début octobre et sur le chemin du retour, nous nous arrêtons une journée pour grimper à Osp, certainement le spot incontournable de Slovénie. Tous les slovènes rencontrés jusque là nous ont conseillé ce site.
Pour dormir nous étions à Izola et Piran à environ 20 minutes sur la côte, mais il y a un camping qui à l'air sympa directement à Osp.
Osp est un joli petit village et aussi l'un des plus vieux de Slovénie. Cette fois nous découvrons le coté beau et chaud de la Slovénie, fini les montagnes et le froid de Bled !
Dans ce coin là ce qui est également à faire : visiter Piran, le château de Predjama et la grotte de Postojna. Pour se baigner, la cote slovène n'est pas super mais je conseillerais d'aller à Izola.
Pour en revenir à l'escalade dans cette région : L'Istrie à son propre topo qui répertorie toutes les falaises du coin (24 sites en Croatie, Slovénie et Italie). Je précise que Osp et compagnie sont aussi décrits dans le topo de la Slovénie.
Nous avons juste visité Osp. Directement à coté il y a aussi Misja Pec et un peu plus loin à 2 ou 3 km, Crni Kal.
Pour se rendre compte de l'immensité de la chose, ces 3 secteurs à eux seul représentent plus de 600 voies! Les voies sont très longues et font presque toujours une bonne trentaine de mètres, à Osp il y a environ 60 voies qui se font en plusieurs longueurs (2, 3, 4, 5 ou même 6 longueurs).
Le rocher est vraiment top à Osp et Misja Pec, un beau calcaire jaunâtre à réglettes et colonnettes, à Crni Kal le calcaire à l'air différent, plus classique. Osp offre aux grimpeurs des voies verticales, déversantes ou aussi en dalle, il y a également des grottes. Nous avons ce jour là de nouveau repris une belle rouste dans les cotations slovènes, à ça s'ajoutait aussi notre manque de continuité dans les longues voies.


Le calcaire d'Osp - le secteur Babna


Grimper en Croatie

Nous voila cette fois en Croatie, ne pas oublier ses papiers car le contrôle de douane entre la Slovénie et la Croatie est garanti, en plus les douaniers sont d une extrême amabilité !
Les prix baissent encore d'un cran, leur réseau routier est excellent, il fait beau et chaud (entre 25 en 30 degrés) et plus on descend vers le sud plus la mer devient belle et chaude.
Pour la Croatie il y a 2 topos, un pour l'ensemble de la Croatie et l'autre juste pour Paklenica. On les trouve très facilement sur place ou sur le net. On peut trouver des infos et topos sur ce site : www.marulianus.hr, par contre c'est en croate…

• Mali Varganac :

Notre premier jour de grimpe croate s'est déroulé à Mali Varganac, c'est un site pas très connu, probablement à cause du grand Paklenica juste à côté. Ce site se situe quand on monte de Starigrad en direction de "Veliko Rujno". Il n'y a apparemment aucun topo qui décrit cet endroit, on trouve par contre quelques infos sur le net.
Je pense qu'il doit y avoir une cinquantaine de voies dont certaines en plusieurs longueurs. Belle diversité de styles, de la dalle ainsi que beaucoup de voies en dièdre, fissure et sur cannelures. Beaucoup de prises verticales mais les trous et réglettes sont aussivau menu! L équipement sur plaquettes est bon avec beaucoup de cordelettes (sablier) sur le haut des voies car le rocher est souvent creux.
Par contre prudence avec la corde, tout d'abord à cause de la longueur car sans topo, difficile de connaitre la hauteur de la voie et ensuite certaines voies sont truffées d'arêtes coupantes qui pourraient être fatales pour une corde en cas de grosse chute, le plus prudent serait de grimper avec une corde à double.


Mali Varganac


• Paklenica :

Le jour suivant à été à Paklenica, comme pour Mali Varganac le village à proximité est Starigrad. Pour dormir il y a de tout, chambre d'hôtes, hôtels, appartements et camping, il y a plusieurs campings que les habitants aménagent dans leur jardin. Nous avions choisis un de ces campings et ça nous a couté une vingtaine d'euros pour 2 nuits directement au bord de la mer, c'était bien sympa.
Pour manger il y a aussi différentes possibilités pour tous budgets. Attention toutefois : le poisson est bizarrement très cher, mais extra.
Paklenica est un parc national et pour y entrer il faut payer, que ce soit pour grimper, pour un trek ou tout simplement s'y promener. Le prix par personne pour 1 journée tourne autour des 7€ et il est possible de prendre directement plusieurs jours.
Les grimpeurs y trouveront environ 350 voies de tous niveau en couennes, plusieurs longueurs, trad et même quelques blocs.
Sans topo Paklenica ne pose pas trop de problème car au pied de certaines voies est inscrit le nom et la cot' sur une plaquette. Pour les voies en plusieurs longueurs, il est conseillé par contre de bien lire le topo, mais aussi de demander l'avis d'autres grimpeurs, certaines sont très engagées et expo, j'ai eu plusieurs retours de ce style.
Le calcaire est beau et offre une escalade très diversifiée sur des cotations à nouveau bien sévères (un peu moins terrible qu'en Slovénie). L équipement dans les couennes est très bon, mais attention dans les longues voies.
Sinon un aspect moins drôle, Paklenica est aussi très patiné et les couennes sur l'avant des gorges sont sur-fréquentées ! Pas moyen de grimper tranquillement car il y a constamment des gens qui circulent et crient. Pour avoir un peu de calme, il faut se lancer dans plusieurs longueurs.
C'est à faire et à voir une fois pour se faire sa propre idée, mais pour être honnête nous avons trouvé ce spot moyen.




Paklenica : Sarah (5c) et Jeff (crni gad, 6b)


• Brac :

La prochaine étape est l'ile de Brac. Elle se trouve à 2 heures de voiture (depuis Paklenika) jusqu'au port de Split et une petite heure de ferry.
Certains vont se demander, mais pourquoi sont ils allés là bas pour grimper??? Eh bien c'est tout simplement car un ami nous a proposé d'aller là-bas et nous a organisés quelques jours dans un appart sympa.
L'ile n est très grande mais très touristique durant la haute saison et vaut le coup d être visitée pour la prendre cool, par contre pour l escalade…faut voir. En fait, durant ces quelques jours plusieurs trucs n'ont pas fonctionnés comme prévu. Au départ, il n était pas du tout prévu que l'on escalade à Brac.
On voulait grimper à Omis juste avant de prendre le ferry, mais vu que nous n'étions pas en avance, nous avons décidé de laisser tomber Omis et prendre directement le ferry de façon à être déjà sur place car nous avions réservé les 3 prochaines nuits sur l'île de Brac.
Après débarquement du ferry, nous décidons d'aller grimper au Koloc, une petite arche de calcaire d'une quinzaine de mètres qui avait l'air sympa. Après avoir un peu cherché un accès et marché 20 minutes, nous arrivons enfin sur place pour se trouver nez à nez avec un beau panneau disant qu'il est interdit de grimper ! Super, ça commence bien… En regardant cette arche de plus près, faut avouer que ça n'avait pas l'air très fantastique… calcaire moyen, beaucoup de végétation, équipement vieillot. Nous faisons donc demi-tour sans trop de regrets.
Nous reprenons la voiture et nous dirigeons vers le deuxième site de l'île. En fait, il s'agit de plusieurs petits rochers à proximité du village de Lozisca.
Nous allons au rocher de Kurba et ses 7 petites voies de 10/12 mètres. C'était très sympa, de belles petites voies dans un beau rocher et un équipement top et super récent.
Le jour suivant c'était repos. Nous en avons profité pour nous renseigner sur comment aller sur l'ile de Hvar, un autre grand spot de grimpe en Croatie.
Le plan initial était de partir le matin de Bol (ile de Brac ou nous dormions) pour Jelsa (ile de Hvar), y grimper la journée et rentrer à Bol dans la soirée. Mais apparemment c'est impossible : il n y a qu'un catamaran par jour qui fait ce trajet. Il faudrait donc passer une nuit sur place et rentrer le lendemain. Nous laissons donc tomber… ce sera pour une prochaine fois.
A défaut de Hvar, nous retournons donc le lendemain à Lozisca vu qu'il y a que ça. Nous allons cette fois sur le rocher de Kanjon. Sur l'ile de Brac c'est ce qui a l'air de plus intéressant. Mais malheureusement, après avoir cherché pendant presque une heure, nous rebroussons chemin. Le sentier d'accès censé y mener s'arrête et fait place à la végétation, et galérer dans la broussaille par 33 degrés c'est pas top.
Nous allons donc grimper sur un autre rocher dont je ne me rappelle plus le nom qui est situé sur le même sentier mais bien avant Kanjon. On y trouve une dizaine de voies de 15 mètres en dalle avec beaucoup de trous et quelques réglettes, les cotations se situent entre je pense 5a et 6b max. Un petit secteur sympa à l'ombre avec un équipement top, il y a juste un peu de végétation et le rocher est parfois sale.
Juste à coté de la voiture, un autre secteur de 5 petites voies déversantes: Carpe diem. Nous allons vite y faire un tour. Par contre, c'est un niveau un peu plus élevé, 6c/7a. Le calcaire est un peu pareil qu'à Kurba, bien abrasif. L'équipement est également top.
En définitive, je pense que tous les secteurs autour de Lozisca ont un très bon et très récent équipement.
Pour dire que ce n'était pas prévu, nous avons trouvé plutôt sympa cette escalade à Brac, par contre les cotations ne sont souvent pas très cohérentes et ceux qui évoluent dans le 7a ou plus s'embêteront rapidement. Pour terminer la journée de grimpe, je conseille d'aller se baigner vers le port de Bobovisca, il y a un petit coin sympa aménagé bien au calme, depuis le secteur Kurba, il faut continuer à descendre pour y arriver.


Brac : Sarah (tri sestrice, 5c) et Jeff (puna kapa, 6c)


• Vela Draga :

Cette fois-ci, direction le nord en Istrie à Vela Draga pour notre dernière journée d'escalade en Croatie. Sur le chemin nous faisons un petit détour pour visiter le parc national de Plitvice, ça vaut vraiment le coup! De ce parc, il y a 2 heures et demi de route jusqu'au site de Vela Draga.
Une fois sur place, il y a 15 minutes de marche pour découvrir les tours calcaire du parc national de Vela Draga. Le site d'escalade est aussi dans un parc national, mais cette fois il ne faut pas payer pour entrer.
Il y a une soixantaine de voies entre le 4 et le 7b, dont certaines sont en 2 ou 3 longueurs. L'équipement est relativement bon et l'ambiance très sympa. Par contre, beaucoup de voies sont patinées et les cotations parfois bizarres... pas très cohérentes les unes aux autres. La qualité du rocher est parfois assez moyenne, certaines voies sur la grosse tour ne font pas très envie. Mais bon, dans l'ensemble c'était quand même une très belle journée et Vela Draga vaut le détour c'est sur.
Le pied des falaises est dangereux et le casque est nécessaire surtout lorsque l'on traine autour de la gosse tour.


Vela Draga


Nous avions choisi de partir en voiture et de voir du pays mais pour ceux qui préfèrent ne pas trop bouger et plus grimper, c'est sympa de tout simplement ce poser en Istrie et de visiter les alentours.
En se basant au centre (vers Buzet par exemple) de l'Istrie, dans un rayon de 40/45 km on peux grimper à Osp/Crni Kal/Misja Pec en Slovénie, Vela Draga ou Limski Kanal en Croatie mais aussi Trieste en Italie. Il y a largement de quoi occuper ses vacances sur cette grande presqu'ile. Pour y aller le mieux est la voiture, l'Istrie n est pas bien desservie par les aéroports depuis l'Alsace. Il faut compter depuis Bâle 7 ou 8 heures de route.

La même chose peut aussi être faite en choisissant de se baser à Split, le choix des falaises a proximité est également très grand et Easyjet propose selon la saison des vols directs Bâle/Split.

J'en profite par la même occasion pour faire un peu de pub à des connaissances qui proposent des appartements.
-En Istrie à quelques km de Limski Kanal : www.travel-tourist.com/obj2547-pic2_de.htm
-A Bol sur l'Ile de Brac vous pouvez contacter la Famille Eterovic au 00 385 21 635 627.

J'espère que tout ceci aidera ceux qui prévoient de visiter ces 2 beaux pays. N'hésitez pas à me contacter pour des renseignements supplémentaires ou signaler des erreurs (jfjenny2003(at)yahoo.fr).









www.escalade-alsace.com