Le meilleur des cordes

© Escalade Alsace
Yann Corby


Tout vient à point à qui sait attendre… [5 décembre 2010]

Texte : Hervé Fritz - Photos : Hervé Fritz, Johannes Lüft


Pirmin Bertle à Kalymnos

Pirmin Bertle enchaîne dans la journée Inshallah et Gora Guta Gutarak tout deux 8c+ sur l'île de Kalymnos, dimanche 5 Décembre.
5 semaines à attendre de bonnes conditions nécessaires à l'enchainement de ces 2 voies que tout opposent…
Inshallah, une voie de résistance en plafond sur trous et plats avec de grands mouvements dynamiques et un final atypique.
Gora Guta Gutarak , voie typé bloc sur petites prises en léger dévers avec un saut obligatoire sur le bas d'une colonnette (7c+ bloc) suivit d'un 8a technique.

Un gros orage mi-novembre aura eu raison de la colonnette de réception du bloc pendant 3 semaines, l'humidité omni présente (environ 65% de moyenne) et les températures estivales (environ 25 degrés de jour comme de nuit) ainsi que l'exposition de la grotte d' " inshallah " l'ont contraint a essayer ces 2 voies dans des conditions exécrables.

Il prend tout de même son mal en patience et décide d'attendre de bonnes conditions que l'on espère pour bientôt. On prolonge notre séjour, mais plusieurs fois en se réveillant il est tout près d'abandonner, face aux températures qui ne faiblissent toujours pas.
On décide alors de partir pour la Turquie le lundi qui vient…
Le dimanche au réveil le vent a tourné, la mer est déchaînée, tout est réunis pour une grande journée ; On part pour le secteur Odyssée, la motivation au top, un soupçon de pression…
A l'échauffement, tout a changé. Pirmin comme un gamin, s'amuse à se suspendre à toutes les prises, comme s'il redécouvrait l'escalade, il me soutient que pour lui ça change tout.
Les choses sérieuses commencent :
Une petite montée pour brosser les prises dans " Gora ", il arrive quasiment à faire statiquement le mouvement de jeté en broyant la petite arquée, à froid…
Il redescend et se lance immédiatement dans un essai, première réglette plate, lolotte, la colonnette a pincé qu'il prend au mauvais endroit, relance main gauche, une fois, une deuxième, le voilà sur la petite arquée, le pied se met en place, il fixe la prise d'arrivée et se lance, tombe parfaitement dedans, il contrôle le ballant et exulte littéralement relâchant toute la frustration emmagasinée durant toutes ces semaines. Après un bon repos, le 8a qui suit n'est qu'une formalité, il relâche une nouvelle fois la pression en clippant le relais… Il est loin de se douter que la journée ne fait que de commencer…

Il se repose pendant une grosse heure et direction " North Cape " le secteur en face, où se trouve Inshallah.


En attendant que le soleil décline

On attend que le soleil daigne bien faiblir un peu… Quelques nuages et le voilà qui s'élance, mais après de petites fautes techniques il tombe à 7 mouvements de la chaîne, complètement extenué, pas assez chaud.
Après un repos d'une bonne heure, le soleil décline vraiment, ça souffle du tonnerre, Eole est enfin avec nous, les vagues s'écrasent dans un feu d'artifice d'écumes en bas de la route.
Il tremble, pas de froid, mais la voie lui coûte vraiment beaucoup d'énergie, peu habitué à ce type d'escalade sur ces terres helvétiques d'adoption, la pression y est aussi sûrement pour quelque chose. La nuit qu'il vient de passer également ; plonger dans la lecture de " Papillon " d'Henri Charrière, il n'a pas vu le temps passer. Voyant ma frontale toujours allumé, il a pensé qu'il n'était pas trop tard, mais en allant se coucher la surprise fut grande quand il remarqua que je m'étais tout simplement endormi cette dernière allumée…
Il se lance pour le dernier essai de la journée, du trip qui s'achève demain…


Pirmin dans Inshallah 8c+

Le bas se passe parfaitement, il grimpe vite et précis, j'observe avec beaucoup d'attention tout les mouvements, connaissant la voie par cœur à force de l'assurer dedans…Il arrive dans la section plus facile, enchaine les clippages sur le bi-doigt puis sur le mono, je sens que son souffle est correct, il entame la dernière grosse section de résistance, un talon droit, il envoi loin sur une bonne prise, il place le deuxième talon en compression, et renvoi main gauche très haut, il ramène en contrôlant le ballant, dernier clippage pénible après lequel il tombe d'habitude…
Ce dernier se passe bien, plus que 7 mouvements à ce moment là, dont un très atypique en épaule… ce même qu'il n'a jamais réussi dans l'enchainement… Je l'encourage, plongé avec lui dans ces derniers mètres, je ne me souviens plus trop ce qu'il se passe, je vis ces derniers pas avec lui, complètement absorbé dans l'action. Je me réveille en quelque sorte durant le dernier mouvement, où je le vois glisser de cette grosse inversé, le nez devant le relais, un rictus sur le visage l'air de dire que ce n'est pas le moment, il force, donne tout ce qu'il a et se rattrape in extremis a une petite cupule où son doigt se coince.
Il exulte une nouvelle fois, pour la deuxième fois de la journée, moi aussi, excité par une poussée d'adrénaline…Le soleil nous gratifie en plus d'un magnifique couché, les doigts de dieu cherchant à s'emparer de la mer avant de sombrer dans les abîmes de Telendos.
Journée parfaite, moment magique partagée, on s'embrasse amicalement, il me remercie mais c'est à moi de le faire. On s'accorde à dire que ce sont pour des moments comme ça que l'on grimpe… tellement jouissif, les mots sont trop concrets, trop restrictifs pour exprimer quelque chose de si abstrait.


Avant l'essai final   -   A la descente, fin de journée, épuisé   -   Sur un pick-up qui nous a pris en stop en rentrant

Dire que l'histoire aurait pu se terminer bien plus tragiquement…
Quelques jours avant, lors d'une séance de travail, il est partit avec un bac à côté du relais, à 6 mètres de haut alors qu'il allait clipper en me disant que " c'est vraiment le bac du siècle ". La tête en bas autant dire que la chute aurait été mauvaise voir peut-être fatale… Qui sait? Comme quoi la vie ne tient pas à grand-chose, 2s plus tard il aurait tiré une boucle de corde un peu plus grande et percuter le sol…Inshallah, la voie porte bien son nom.
Quelques bières plus tard, nous voilà couché sur la plage, la tête à moitié dans les étoiles, à moitié en Turquie… Prochaine destination que l'on retrouvera dans le livre que Pirmin prépare sur les 15 plus beaux sites d'escalade d'Europe qui s'intitulera " Passion verticale ". Un avant-goût sur le site passion-verticale.blogspot.com


          
Inshallah 8c+ [Photos : Johannes Lüft]










www.escalade-alsace.com