Le meilleur des cordes

© Escalade Alsace
Yann Corby
[ ancien forum ]
 FAQFAQ   RechercherRechercher  Liste des MembresListe des Membres   S'enregistrerS'enregistrer   ProfilProfil   Messages privésMessages privés   ConnexionConnexion 

Solo
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     -> escalade-alsace.com
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
TL



Inscrit le: 13 Juil 2007
Messages: 570

MessagePosté le: 18 Nov 2019 - 20:24    Sujet du message: Solo Répondre en citant

Il est question de solo dans les commentaires.
Or, comme ex-adepte de cette pratique, je suis arrivé à la conclusion qu'il ne fallait pas parler du solo et je vais expliquer pourquoi.
D'abord tout simplement parce que l'outil médiatique qu'est internet porte un éclairage trop important sur cette pratique et, tout le monde peut le comprendre, celui-ci peut potentiellement pousser de jeunes grimpeurs à prendre des risques inconsidérés par mimétisme... Vous allez me dire que La Vie au Bout des Doigts de JP Janssen a déjà fait le boulot... Justement, n'en rajoutons pas.
Ensuite... Le solo tel qu'il est pratiqué depuis les années 80 est une supercherie. On a parlé d'escalade "suprême", alors que le solo moderne n'est qu'un avatar de l'escalade sportive... Le solo pratiqué par Paul Preuss portait une éthique forte : ne pas utiliser le matériel pour la progression (ni à la monté ni à la descente, soit dit en passant). C'est l'essence, la définition pure et simple de l'escalade libre. Au point où on peut se demander si le fait de travailler une voie n'est pas plus assimilable à de l'escalade artificielle que l'escalade en libre entrecoupé de quelques tires-clous, sans travail préalable, que pratiquaient nos prédécesseurs. Or lorsque l'on travaille une voie en vue d'en réaliser l'ascension en solo en particulier, on utilise corde, relais, dégaines, pour assimiler les mouvements et "ramener" la voie à un niveau bien inférieur à son niveau "à vue" et s'assurer de ne pas tomber, en contradiction complète avec la définition originelle. Rien de bien glorieux en réalité si on se place dans une perspective historique. (Au passage : Alain Robert est en solo à vue dans chacune de ses ascensions urbaine)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BM



Inscrit le: 03 Sep 2009
Messages: 74

MessagePosté le: 18 Nov 2019 - 21:22    Sujet du message: Répondre en citant

je suis complètement d'accord avec TL là-dessus. Le "solo" est une image que l'on se construit, et comme son nom l'indique, c'est quelque chose qui se pratique : seul.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Page



Inscrit le: 07 Fév 2011
Messages: 229

MessagePosté le: 18 Nov 2019 - 22:09    Sujet du message: Répondre en citant

Je comprends bien votre point de vue. Il est bien fondé. Mais pour moi le solo c'est aussi une autre forme de performance. Performance d'un point de vue de l'engagement psychologique, mais qui n'est pas forcément plus dangereuse qu'un skieur qui fait un double backflip à 20m de haut et risque de rompre sa colonne sur un mauvais atterrissage. Il y a des tas de vidéos de ce genre et pourtant la question du danger, voire de la mort se pose moins. Pourquoi ?
Pour autant les pratiquants n'ont pas forcément envie de s'y mettre. Au delà de la volonté de reproduction, je pense que les pratiques à fort engagement n'ont vraiment pas beaucoup d'adeptes, et ce n'est pas les vidéos de Honnold et cie qui vont leur donner ce désir. Quand je discute du solo avec d'autres grimpeurs j'ai plus l'impression que c'est quelque-chose qui attire dès le départ, ou rebute, dès le départ. A raison ...
Et puis il y a aussi ces voies où la corde est là pour faire beau la moitié du temps. Du coup il ne faudrait pas communiquer ces performances ? Pas prendre de vidéos ? Ou se situe la limite du politiquement correct ?
Honnêtement TL te voir grimper Master's Edge dans cette vidéo de votre voyage dans le grit m'a beaucoup inspiré. Pourquoi ? Parce que c'est le genre de challenge qui m'attire. Je ne pense pas que ce genre de vidéo ait motivé quiconque de déjà initié à l'escalade de risquer sa vie en Angleterre. au final c'est clairement comme faire du solo, avec une corde pour "faire beau".
Donc bon ... Mon avis c'est qu'il faut démystifier un peu cette pratique qui n'est pas forcément si extra-ordinaire et dangereuse qu'il faudrait se cacher d'y avoir mis les pieds ...
Par contre, grimper en solo devant des caméras, ou devant des gens, je ne comprends pas bien. Imposer aux grimpeurs présents d'être spectateur d'une chute c'est autre chose.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Adresse AIM
TL



Inscrit le: 13 Juil 2007
Messages: 570

MessagePosté le: 19 Nov 2019 - 00:18    Sujet du message: Répondre en citant

Comprenons nous bien Jonas. Je trouve ça classe le solo... J'ai adoré en faire et ça me manque terriblement. J'ai lu presque tous les bouquins s'y référant (Honnold, Christophe Moulin, Alex Hüber, Paul Preuss par Messner...), mais je note le décalage entre l'image véhiculée (pureté, solitude, "cosmos par la porte de la minéralité"...) et la réalité du solo "travaillé" et donc artificiel, et médiatisé, filmé en direct et donc pas "seul", avec son lot de vanité dissimulée et ses rapport ambiguës avec les média comme l'exprimait David Chambre dans un ancien article.
"Les plus beaux solos sont ceux dont on ne parle pas" me disait MB.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
mb



Inscrit le: 05 Nov 2007
Messages: 27

MessagePosté le: 19 Nov 2019 - 08:57    Sujet du message: Répondre en citant

MB disait : "un solo ça se fait, un solo ça se tait".

L'escalade en solitaire est consubstantiel à la montagne ("en montagne on ne tombe pas") et jadis escalade et montagne étaient forgées du même métal.

Cela étant, le solo, comme les images les plus belles, pour citer Bachelard (!), est un lieu d'ambivalence.

Il demeure dans ma rêverie (et dans ma petite longue vie de grimpeur) l'expérience suprême de notre activité : un absolu.

Et je confesse être fasciné, oui, par les ascensions de Honnold par delà la mise en spectacle (de plus en plus hollywoodienne) de ses activités. On pourrait longuement en discuter.

Bonne journée à tous !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
TL



Inscrit le: 13 Juil 2007
Messages: 570

MessagePosté le: 19 Nov 2019 - 10:11    Sujet du message: Répondre en citant

mb a écrit:
MB disait : "un solo ça se fait, un solo ça se tait".

Tu peux être l'homme de deux citations !

mb a écrit:
L'escalade en solitaire est consubstantiel à la montagne ("en montagne on ne tombe pas") et jadis escalade et montagne étaient forgées du même métal.

Bien sûr, et l'escalade libre "by fair means" ou "ground up" comme on dit, c'est une sorte d'allégorie du solo qui permet de faire du solo sans mourir : on part du bas, on ne peut pas travailler les mouvements, si on tombe on arrive au sol...Sauf qu'on survit à chaque fois !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ak



Inscrit le: 21 Juil 2007
Messages: 375
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: 19 Nov 2019 - 14:23    Sujet du message: Répondre en citant

Je cite Heinz Zak à propos de Wolfgang Güllich:
" En revanche le solo intégral fut pendant un certain temps un moyen de s'identifier. sans être encordé, il ne gravissait que des voies qu'il avait soigneusement étudiées et dont il maîtrisait aisément toutes les difficultés. Sautanz et Separate Reality comptent parmis les solos les plus impressionnants."

A l'époque de très nombreux grimpeurs pratiquaient le solo.
C'était une performance, souvent immortalisée en photos, et sur lesquels les médias communiquaient. Je ne trouve pas que l'image véhiculée était tant éloigné de la perf et de la médiatisation. C'est une vue d'esprit TL.
Donc pour moi, rien de nouveau sous le soleil... sauf que maintenant il n'y presque plus personne qui le pratique, et quel seuls les plus fous et les plus talentueux s'y risquent, à grands renforts de médiatisation (ex Alex Honnold).

PS: je me suis toujours demandé comment Edllinger avait pu faire en solo Orange Mécanique au Cimai (cette voie est absolument extrême et aléatoire, bien plus impressionnante que La Nuit du Lézard à Buoux en raison des mouvements et de la hauteur)
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ak



Inscrit le: 21 Juil 2007
Messages: 375
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: 19 Nov 2019 - 14:37    Sujet du message: Répondre en citant

Au fait quelle serait la liste des solos les plus fous?

- les exploits de Alex Honnold (il y en a tellement!)
- Orange mécanique 8a au Cimai par Edlinger
- La Nuit du Lézard à Buoux par Alain Robert
- L'ange 7a et Plopot 7c+ au Verdon d'Alain Robert
- Separate Reality au Yosemite par Gullich
- les solos de Johnny Dawes
- Mordillo 8a+ à Voralpsee par Beat kammerlander
- Fisch à la Marmolada par Ansjorg Auer
- Kommunist 8b+ Huber à Schleierwasserfall
- la Brandler Hasse à la Cima Grande par Huber

Qui pour compléter?
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ak



Inscrit le: 21 Juil 2007
Messages: 375
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: 19 Nov 2019 - 14:42    Sujet du message: Répondre en citant

J'oubliais aussi les nombreux solos de Dan Osman, John Bachar, Dean Potter etc.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
TL



Inscrit le: 13 Juil 2007
Messages: 570

MessagePosté le: 19 Nov 2019 - 15:06    Sujet du message: Répondre en citant

Paul Preuss : le Campanile Basso.

Niveau le plus élevé de l'époque, plus de 100m, 1ère ascension, à vue, escalade-désescalade.
Impossible de faire mieux, ou aussi bien, ou de s'en rapprocher.

...

A part peut-être Michael Reardon...
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
ak



Inscrit le: 21 Juil 2007
Messages: 375
Localisation: Strasbourg

MessagePosté le: 19 Nov 2019 - 15:14    Sujet du message: Répondre en citant

TL a écrit:
Paul Preuss : le Campanile Basso.

Niveau le plus élevé de l'époque, plus de 100m, 1ère ascension, à vue, escalade-désescalade.
Impossible de faire mieux, ou aussi bien, ou de s'en rapprocher.

...

A part peut-être Michael Reardon...


Ah oui je ne le connaissais pas.
Un fou furieux!
Equinox en solo, ça doit être assez flippant... même si ce sont des verrous.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
TL



Inscrit le: 13 Juil 2007
Messages: 570

MessagePosté le: 19 Nov 2019 - 15:29    Sujet du message: Répondre en citant

Surtout 7c+/8a en solo, à vue...

Apparemment il n'a pas trouvé les bons canaux médiatiques...

Mais j’arrête là... J'avais dit que j'en parlerai plus....
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
rodrigio46



Inscrit le: 26 Nov 2019
Messages: 1

MessagePosté le: 26 Nov 2019 - 20:08    Sujet du message: Répondre en citant

Que d'émotions en repensant à tous ces grands noms !
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
dadoufou



Inscrit le: 03 Juin 2010
Messages: 545

MessagePosté le: 29 Nov 2019 - 21:48    Sujet du message: Répondre en citant

Je n'écrirais pas que j'admire les soloïstes, mais plutôt qu'ils m'impressionnent.

Je ne souhaiterais pas encourager un jeu très dangereux.

Page, TL, alex et les autres qui pratiquent, vous êtes impressionnants pour vos solos (même pré-travaillés) et vos high balls.

Chapeau bas.

Puissiez vous continuer à grimper heureux!
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JMC



Inscrit le: 16 Juil 2007
Messages: 617
Localisation: Bas-Rhin

MessagePosté le: 01 Déc 2019 - 20:43    Sujet du message: Re: Solo Répondre en citant

TL a écrit:
D'abord tout simplement parce que l'outil médiatique qu'est internet porte un éclairage trop important sur cette pratique et, tout le monde peut le comprendre, celui-ci peut potentiellement pousser de jeunes grimpeurs à prendre des risques inconsidérés par mimétisme...

La médiatisation du solo a près de 40 ans. Pourtant il me semble que les accidents en solo par des grimpeurs n'ayant pas l'expérience et la marge requises sont rarissimes voire inexistants.
A mon avis les jeunes grimpeurs dont tu parles sont quand même assez intelligents pour comprendre qu'en solo si tu tombes, tu te tues.
Je suis beaucoup plus inquiet pour les grimpeurs débutants qui se lancent dans les voies encordés, pensant maîtriser les techniques de sécurité alors qu'ils ont juste pratiqué en salle et lu quelques articles sur le net.

Après pour le débat vrai solo, faux solo... faisons simple : on parle de solo quand rien ne permet d'enrayer la chute, et que cette chute a toutes les chances d'être fatale.
Il se pratique depuis la nuit des temps par les peuples des montagnes (je pense en particulier aux chasseurs de chamois ou aux cristalliers), puis par les alpinistes ; Preuss a sans doute été le premier à en faire une éthique sportive, mais dire que le solo récent est une supercherie, je ne suis pas d'accord : il y a juste plusieurs formes de solo - comme pour toutes les autres pratiques de notre sport : FA ou pas, AV ou pas, avec désescalade ou pas, au niveau max ou avec plus ou moins de marge...

Après histoire de me contredire c'est vrai que je préfère les solos dont on ne parle pas... car l'essence de cette pratique très particulière, c'est d'être une aventure intérieure.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     -> escalade-alsace.com Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com



www.escalade-alsace.com