Le meilleur des cordes

© Escalade Alsace
Yann Corby


[retour articles]

Texte de Frédéric Wicker   [avril 2001]


C'était vers la fin de l'année 1997, que la charte concernant les modalités d'utilisation, de conventionnement des sites d'escalade dans les Vosges du Nord (dans le territoire du Parc Naturel des Vosges du Nord), a été signée.

Ainsi, dès la signature de cette charte, le deuxième travail pour notre comité fédéral, était, pour "légaliser" la pratique de nos activités, de faire signer des conventions sur chacun des sites grimpés par le passé sans pour autant oublier les nouveaux sites.

Ce travail a commencé par la mise au point et la signature des conventions du Windstein (forêt privé) ( rocher qui était le principal enjeu et notamment le déclencheur de l'ensemble de la procédure mis en place : la charte), du Hohenfels, du Point de vue, de la Wineck.
Il s'est poursuivit avec l'ONF 57 (Moselle), et l'ONF du Bas-rhin, pour les autres sites.

Aujourd'hui, 18 conventions sont entre nos mains, et je pense que le travail accompli par l'intermédiaire de l'infatigable Armand Baudry, aura permis à force de négociations, discussions, de conventionner la plupart des rochers Bas-Rhinnois des Vosges du Nord.
Quant à ceux en territoire mosellan, même s'il reste encore quelques sites "conventionnables", la plupart des sites pratiqués (rochers Waldeck, Phillippe, Landersberg, Sandkopf) sont autorisés à l'escalade.
Bien - entendu, il reste du boulot, que ce soit, par exemple, la réelle prise en compte de la sectorisation pour le rocher de Windstein en cas de nidification, le conventionnement des sites "hors Parc", comme la Grotte du Brötsch, Geissfels, Muhlberg, ...., ou encore, sujet d'actualité, la signature de conventions pour les sites de bloc (Lorenzoboulderfels - en cours (urgent !), Helfenstein - en cours, Zinswiller, ....).

Bref, le bilan est positif voir encourageant, pour l'avenir de l'escalade dans notre région.
Ceci étant, soyons à la fois vigilant de notre coté, c'est à dire respecter les règles mis en place (interdiction, interdiction temporaire), mais soyons aussi combatif pour d'une part amener nos partenaires à signer tous nos projets de conventions, et pourquoi pas dans un avenir plus ou moins proche sur les aménagements temporels sur les APB ou RNV.


Retour en arrière (mars 1998), état des lieux à l'époque:

» Qu'est-ce que cette charte ?

La charte signée le 6 décembre dernier à la Petite Pierre, est le fruit, ou l'aboutissement, de trois longues années de discussion, de réflexion, d'attente...
Dans les Vosges du Nord, et plus précisément sur les rochers qui sont restés après des phénomènes d'érosion, après des utilisations diverses par l'homme au cours des siècles derniers, deux sortes d'individus tentent de s' accaparer les lieux avec exclusivité, ou par la force des choses, de cohabiter : d'une part, le faucon pélerin, d'autre part, les grimpeurs.
Le faucon est protégé par plusieurs lois, mais le grimpeur l'est aussi grâce à la loi sur le sport : dilemme !!!
L'affrontement entre les deux individus vient du fait qu'un grimpeur peut compromettre la reproduction du faucon pélerin, et donc à terme, la pérénité de l'espèce sur les rochers, alors qu'un grimpeur peut aussi s'abstenir d'exercer son activité favorite si l'on lui explique pourquoi il est utile de ne pas embêter le petit animal.
Bref, après avoir été accusé par les défenseurs du faucon pélerin, d'attenter à la vie des faucons, de détruire leur progéniture, d'obstruer ses nichoirs, il était temps de remettre les points sur les i...
Le conflit entre les intégristes des deux bords S.O.S. et F.L.V.N. n'a pas été un exemple de diplomatie (pour les non-initiés : S.O.S. Faucons Pélerine, et le Front de Libération des Vosges du Nord).
Le problème n'est pas que l'on nous interdise de grimper pour préserver la reproduction du faucon (on peut parfaitement comprendre cela), mais que cela a été fait abusivement, en généralisant l'interdiction là où le faucon n'était plus toujours un motif fondé.

D'autre part, nous grimpeurs, ne sommes pas chez nous dans ces falaises. Le propriétaire, qui peut être public (Etat), communal ou privé, autorise, sous certaines conditions, l'utilisation des ses rochers.
C'est pourquoi une charte précisant les droits et devoirs de chacun (grimpeurs, propriétaires et SOS faucons pélerins) a été signée pour les sites dans les Vosges du Nord. Qu'est-ce que les Vosges du Nord ? La zone au nord de l'autoroute A4, jusqu'à la frontière allemande, et empiétant sur le département de Moselle. Donc les sites au sud de Saverne en sont exclus.


Quatre points sont à retenir:

- L'escalade est strictement interdite sur les sites protégés par Arrêté Préfectoral pour Biotope ou classés en Réserve Naturelle. Les raisons sont soit la présence du faucon pélerin, soit d'autres éléments protégés de la flore.
Dans cette catégorie, notons : Petit et Grand Steinberg, Grand Hundskopf, Falkenberg, Rottenberg, Almenfels, Erbsenfelsen.

- L'escalade est strictement autorisée sur les sites où une convention a été signée entre le propriétaire et le comité départementale FFME.
C'est dans ces conventions que sont indiquées les prescriptions à respecter, telles les interdictions temporaires, et les limitations spatiales.
Sont conventionnés : Waldeck, Schlossberg (Obersteinbach), Soultzerkopf (petit site d'initiation 20 voies 3+ à 6b), Heidenkopf (la carrière au dessus de Niederbronn), Krappenfels (celui près du Fleck, où il n'y a encore rien mais un potentiel important pour voies faciles, Altitude 137 doit s'en occuper lorsqu'il sortiront du gym-naze de Bischwiller).

- Le Windstein est un cas à part : l'escalade est actuellement interdite par le propriétaire du 15 février au 15 juin, et aucune convention n'est signée. Les négociations sont en cours, restez calmes.

- Tous les autres rochers, équipés ou non, ne sont ni autorisé, ni interdits au jour d'aujourd'hui. Parmi ceux-ci, se classent : Landsberg (ancien et nouveau), Helfenstein, Rocher Philippe, Langenfels (Fleckenstein), Roches plates, Bande Noire. Dans ces sites, la discrétion est de rigueur car, là aussi, des conventions sont en cours de négociation, et tout comportement irrespectueux pourrait en compromettre l'issue.

Que faut-il en conclure pour les équipeurs ?
N'équipez que sur les sites conventionnés.
Une fois la convention établit, un "contrat d'objectif" (nb de voie et points estimé) validé par le club et transmis du comité départemental FFME, vous permettra d'obtenir broches et sika.

Jusque là, il n'a été question que du Parc des Vosges du Nord.
Ailleurs dans le Bas-Rhin, les sites conventionné sont : Kronthal, Falkenstein (près de Villé), Neutelstein (Rotlach), Wackenbach (15 voies 2 à 6c+, sortie de Schirmeck vers le Donon), Rocher du Lion.
Aucun statut pour le reste : entre autres Brotsch, Geissfels, Muhlberg.

Dans et hors du Parc, gardez à l'esprit que rien n'est figé, une interdiction peut tomber, une convention ne pas être signée au dernier moment.
Mais aussi et surtout, on peut prétendre à découvrir de nouveaux sites, qui auront échappés à l'oeil fin du faucon, aussi bien qu'aux racines des mousses exceptionnelles.

Tout cet article s'intéresse à l'escalade en falaise.
Il en va autrement des secteurs de bloc, qui n'implique aucun équipement permanent, et dont la pratique se rapproche de la marche à pied !!!

La signature de la charte est un premier point, qui a permis de montrer qu'escalade et préservation de notre environnement ne sont pas antinomiques.
Il nous reste à finaliser en signant les conventions particulières a chaque site, ce qui prendra encore un peu de temps, et est géré par le Comité départemental FFME.
C'est pourquoi, il est particulièrement souhaitable que, sans sombrer dans la passivité, chacun agisse en ayant conscience de la portée de ses actes, pour arriver à une situation où l'escalade pourra continuer à évoluer en harmonie avec tout ce qui l'entoure.








www.escalade-alsace.com