Le meilleur des cordes

© Escalade Alsace
Yann Corby


Michel Bilger

Octobre 2009 : la 4ème édition du topo Sur les falaises de grès voit le jour.
Michel en est le concepteur et l'infographiste, il revient pour nous sur cette aventure qui dure depuis déjà dix années.




Propos recueillis par Florent Wolff


-Quelles sont les principales “nouveautés” de ce topo ?
La problématique de la nouveauté est abordée en quelques mots dans l'avant-propos de la quatrième édition. De nouvelles voies, de nouvelles illustrations, un nouveau format, une nouvelle couverture : en gros, une nouvelle édition.

-Beaucoup de nouvelles images ?
Le maximum : les auteurs, Yann en tête, ont produit de nouvelles images. Plus que jamais notre ouvrage est redevable à de fidèles collaborateurs qui nous ont généreusement fait grâce de leur production. L'illustration est —presque— totalement inédite.

-Combien d’heures/journées de travail pour cet ouvrage ?
Difficile de répondre : cette ultime édition est le résultat de dix années d'attention (le premier topo a paru en 1999). Mais il y a (plus encore !) toute une "économie informelle" : les incalculables séjours sur telle ou telle falaise et ce depuis des lustres... Nous nous sommes mis activement sur l'édition 2009 à partir du printemps dernier : pomme+maj+n... Un nouveau dossier sur le finder : le chantier est ouvert !


Réunion du Comité de relecture du topo des Vosges du Nord


-Le travail de topographe est-il gratifiant ? Épuisant ? Motivant ?
Dans l'équipe chacun tient sa partie : équipeur, auteur, photographe, correcteur (très important)... Moi, je ne fais rien : je m'occupe du reste ! Est-ce gratifiant ? ce n'est pas impossible... Epuisant ? Il y a des moments plus difficiles que d'autres mais l'ensemble reste une expérience plutôt plaisante.

-Parmi les dernières falaises récemment équipées, laquelle mérite le plus le “détour” ?
Certains rentrent du Yosemite déçus ; d'autres du Lutz' satisfaits : que conclure ? J'éviterais les superlatifs "niaiseux" : nous avons des falaises, des voies... Leur intérêt réside dans l'intérêt personnel que nous y trouvons.

-Les fruits de la vente du topo représentent-ils la plus importante contribution pécuniaire pour financer l’équipement ?
Les gains générés par la vente du topo sont répartis ainsi : des droits d'auteurs, des achats (broches, sika, matériel "lourd" (perceuse, tronçonneuse etc.) ; de mémoire, nous sommes aussi intervenus pour payer certaines coupes réalisées par l'ONF. De plus nous veillons à notre totale autonomie éditoriale : l'association épargne depuis toujours plus de la moitié de ses profits en vue de la prochaine édition.


Merci à Michel et Florent










www.escalade-alsace.com